Tout savoir sur la dystonie !

L’ensemble du corps humain est gouverné par le cerveau. Les mouvements, les sensations, l’expression des états, tout notre être est commandé par le cerveau. Mais force est de constater que parfois des dysfonctionnements naissent et créent des désagréments que la plupart des gens n’arrive pas à expliquer. Cet article renseigne sur l’un de ces dysfonctionnements qui est la dystonie.

C’est quoi la dystonie et comment cela se manifeste chez un sujet ?

La dystonie est une maladie liée aux nerfs. C’est un trouble qui provient des instructions involontaires envoyées depuis le cerveau à un endroit du corps humain, créant ainsi des réactions involontaires très désagréables. Toutes les couches d’âge sont sujettes à la dystonie. C’est une altération de certaines parties du cerveau liées au système nerveux et contrôlant les gestes qui serait à la base de ce dysfonctionnement. Elle se manifeste sous diverses formes (primaire, secondaire) et peut aussi être génétique. Elle peut être focale, segmentaire, multifocale ou généralisée. Le diagnostic de la dystonie peut se faire par interrogatoire ou par examens clinique ou encore par un électromyogramme pour déterminer exactement le muscle qui réagit aux instructions non contrôlées.

C’est quoi la dystonie et comment cela se manifeste chez un sujet ?

Le traitement de la dystonie se fait en fonction des résultats fournis par le diagnostic du médecin neurologue. En effet, le patient peut suivant son diagnostic, être mis sous des traitements médicamenteux tels que: les myorelaxants, anticholinergiques, les benzodiazépines pour respectivement relaxer les muscles, réduire les effets des acétylcholines et soulager les spasmes douloureux. Il peut également recevoir une injection de toxine botulique pour paralyser temporairement les nerfs responsables de la dystonie. Dans d’autres cas, le patient va subir une intervention chirurgicale pour corriger le dysfonctionnement. Cette étape n’intervient que lorsque toutes les autres pistes sont explorées sans effets positifs. L’étape de l’intervention chirurgicale est suivie d’une rééducation pour permettre au patient de retrouver l’usage normal de ses muscles.